Editrice culinaire, passionnée de livres, de cuisine et de photo, maman gourmande et voyageuse, je partage ma bibliothèque, mes chefs préférés, mon carnet de recettes et mes coups de cœur.


Pierre Marchand Editeur

Je me souviens de l'annonce de l'arrivée de Pierre Marchand chez Hachette, ça n'a laissé personne indifférent. Sa réputation, sa personnalité hors du commun...son talent était connu par tous. Nous étions impressionnés. Ma direction étant vacante, j'ai travaillé en direct avec lui, et les réunions éditoriale du vendredi juste après le déjeuner me restent toutes en mémoire... grands moments hauts en couleur. J'y ai appris beaucoup. Souvent j'y repense.
Pierre a fait les livres qu'il aurait voulu pour lui. La dimension internationale, la qualité de l'illustration mais aussi du contenu sont ses marques de fabrique.  Il a prouvé qu'il était possible de faire des livres grands publics de qualité.
Je suis honorée de l'avoir rencontré, même si cela a duré peu de temps finalement.
Je me souviens à ses obsèques de ce magnifique duo à l'église Saint-Germain, cornemuse orgue... 10 ans déjà.
Il y a des parcours de vie et des rencontres qui forcent le respect et vous inspirent.
Pierre Marchand m'a touchée professionnellement et personnellement. Sa gueule de Breton me faisait penser à celle de mon père. Ca m'a d'ailleurs beaucoup troublée.

Ci-dessous sa biographie écrite par lui-même.























Né le 17 novembre 1939 à Bouin, petit port au bord de la mer, dans la baie de
 Bourgneuf, aux frontières de la Vendée, dans le marais breton en pays chouan. Très brèves études secondaires au collège Amiral Merveilleux du Vignaux, aux Sables-d'Olonne.
Particularité de ce collège : pas de cour de récréation !
Celle-ci : la plage.
Sur le chemin de la mer : une librairie. Elle existe toujours.
Dans la vitrine : les premiers livres de poche : La Condition Humaine, Le Mur, Thérèse Desqueyroux, La Puissance et la Gloire, Moka, etc.
Découverte tout à la fois de la littérature et du graphisme. Ces couvertures étaient exceptionnelles pour l'époque, je peux encore les dessiner de mémoire.
1955, j'ai 16 ans (faites le calcul, c'est normal !).
Après deux années où je me loue avec mon père (bulletin de salaire « homme plus enfant »), j'entre comme courantin puis mousse aux chantiers maritimes Dubigeon à Nantes.
C'est l'année des grandes grèves et l'apparition de la DS (Citroën).
L'année suivante, j'ai 17 ou 18 ans, je monte à Paris après m'être fâché avec mon père, bien sûr, comme tous les jeunes de cette génération-là. J'entre comme apprenti-typographe à l'imprimerie Blanchard.
Je « passe sur machine », j'imprime pour Gallimard les encarts des livres de la collection « L'air du temps » dirigée par Pierre Lazareff. Titre des ouvrages : La Réalité dépasse la fiction. Il faudra attendre encore quinze ans pour que la fiction devienne réalité et que je fasse imprimer moi-même des livres au nom de Gallimard. Réalisation de mise en pages de journaux, de livres et de pochettes de disques.
1959 : l'Algérie pour 27 mois et 27 jours... sans commentaires, cf. le meilleur livre de Philippe Labro Des feux mal éteints.
1962, retour à Paris. Vendeur d'aspirateurs, magasinier.
Entrée aux éditions Fleurus par la porte des entrepôts à Ivry.
J'emballe les livres et les livres m'emballent. Lente ascension dans la maison, 9 ans pour arriver au comité de direction. Et partir... pour fonder avec Jean-Olivier Héron le mensuel
Voiles et Voiliers, premier journal de mer aujourd'- hui. Forcément difficultés financières et dettes (le dépôt de bilan n'était pas alors un acte de gestion).
Pour les payer, j'entre avec Jean-Olivier chez Gallimard en 1972 avec un projet d'édition accepté auparavant par Nathan et Hachette. S'ensuivent des milliers de livres qui font de Gallimard le numéro 1 français du livre jeunesse.
Puis, pour les adultes, Découvertes Gallimard la plus importante collection de poche illustrée au monde, traduite en 19 langues.
Enfin, les Guides Gallimard qui révolutionnent la présentation des Guides de voyages.
Bien des années plus tard, j'entre chez Hachette pour y honorer un contrat proposé par Bernard de Fallois 27 ans auparavant et que je n'avais pas signé !
J'y suis aujourd'hui directeur de la création et responsable de la branche Hachette Illustrated !

Texte rédigé par Pierre Marchand lui-même, en 2001
Vie de l'édition : hommage à Pierre Marchand.- In : La revue des livres pour enfants, n°205, juin 2002

Aucun commentaire: